Esther Ségal

Née en 1973, Paris – Maîtrise / DEA / Doctorat Arts et Sciences de l’Art

EXPOSITIONS PERSONNELLES récentes
2016 « Lame de fond » Galerie Baudoin Lebon
2014  Galerie Pannonica, Bruxelles
2013 « Ailleurs » galerie 2.13PM, Paris. « Esther Ségal, du bout des yeux », Forum du Blanc Mesnil. « A nos vingt ans », Forum du Blanc Mesnil. .
2011 «Légendes » chez Harcourt, Paris. Galerie Arcima paris 5ème.
2009 «La RATP ligne 10 expose », Station Motte-Piquet Grenelle, Paris.
2003 «Maison du Mexique » pour l’inauguration de la semaine culturelle de la cité universitaire internationale, Paris.
2000 « Maison d’Espagne » Cité universitaire internationale de Paris, donation pour leur collection.

EXPOSITIONS COLLECTIVES récentes
2013 « Around Drawings », Galerie 2.13pm, Paris. « Toutes Pures », Galerie 17, Paris.
2012 Galerie Bansard, Paris. Festival d’art numérique, à Verrière sur Mines.
2011 Galerie Arcima, Paris 5ème.
« Bois de Corps » Pop’up Art, pour Scenarts, Paris.
2010 « Leçon de Ténèbres » cathédrale de Beaujensis.
2009 « Le Noir Absolu » avec Degottex, Fontana : Espace d’art Eugène Baudoin à Anthony
« le Noir Absolu » Centre d’art Raymond Farbos
« le Noir absolu » Centre d’art Villa Tamaris, La Seyne sur Mer.
2008 « L’œil de l’art vers Israël » manifestation cinématographique et artistique, Centre socioculturel Madeleine Reberioux, Créteil.
« Les Emois de la photographie » Espace Eugène Baudouin, Anthony.
« Salon d’Auteuil », Paris
« Place aux artistes » sous le patronage de la galerie Arcima, Paris.
« Avenir le monde sage » avec Gérard Fromanger, Peter Stämpfli, Hans Bouman etc… Commissaire : Claude Yvans , Espace Eugène Baudoin, Antony.
« Intimité Contemporaine » Artedis Partners, Paris.
2007 « The Bic Show» galerie L’Air de Rien, Paris.
2006 « Rencontre A3 » 4ème édition, Paris.
« Un point c’est tout » avec Patrick Tosani, Bernard Cailleau etc… Forum de Blanc-Mesnil.
2005 « Salon des Petits Formats » Paris.
« Rencontres A3 » sous le haut patronage de la mairie de Paris et de Saint Germain des Prés. Commissaire d’exposition Leïla Voïgt.
ART SENAT « L’art et la Ville » commissaire d’exposition Jean-Luc Chalumeau sous le haut patronage du Sénat, Orangerie du Sénat.

PARUTIONS, RADIOS, FILMS, CATALOGUES (extraits)
2009 « Verso Arts et Lettres » Dossier complet Esther Ségal
« A nous paris » l’art s’accroche dans le métro.
« A nous paris » Les lettres françaises » numéro 9, la peinture à l’enseigne du noir absolu.
« Vernissage » numéro 5, le noir absolu et les leçons de ténèbres.
2008 « Entretiens d’artistes » film
« Jeune création, jeune peinture » film
2007 « Les artistes prennent la rue » film
2006 « Le mensuel » magazine de blanc mesnil, un point c’est tout.
TF1, journal télévisé de 13h avec Claire CHAZAL.
« Artville, la vie de l’expo artsenat » film
2005 «Verso, Arts et Lettres » n°38, « Les Inattendus : Esther Ségal » par Marguerite Pilven.
« RTL », chronique de Remo Forlani, vendredi 20 mai à 13h
« L’art et la ville» livre catalogue de J.L chalumeau , ed. cercle d’art
« Art Actuel » numéro 38

Texte de l’exposition AILLEURS – Février 2013
Faire l’expérience de la lumière en commençant par le point, le tout petit point, la perforation, l’absence de matière. Dans la chair du papier photo, Esther Ségal incise des points qui constituent un code en Braille pour nous conduire, malvoyants que nous sommes, dans le vide de la lumière. Car la lumière aveugle, nous place dans un trou noir d’où nous renaîtrons un jour, ailleurs, peut-être.
« Ne voyant plus rien, dans l’excès de lumière, Saul contemplait, immense, au-dessus de lui, le néant de Dieu »*
Faire l’expérience de Dieu. Esther Ségal nous propose de faire l’expérience de Dieu.
Avec « Partitions » il s’agit du Dieu de la Genèse, du souffle et de la terre, de la mer et du feu. Dieu créateur et tout puissant, présent dans les nuages, dans les nuées, dans les airs. Tout le mystère de notre origine est inscrit dans un ciel que nous ne savons pas lire, si ce n’est grâce à l’écriture de lumière perforée au poinçon dans le papier photo. Le mystère laisse des traces dans le corps du papier, comme des clés de lecture.

« Passion » déroule une litanie, un murmure, une prière. Elle est telle un grand livre des morts ouvert pour les vivants. Composé en triptyque dont le centre est l’ombre d’un visage, il insiste sur la patiente construction de soi, sur le début et la fin de l’histoire, sur le processus itératif de la vie.

« Vierge Noire » et « Pieta blanche » sont l’expression d’un amour infini, d’un amour sans visage, inconditionnel, pur, transcendant. La vierge se penche avec une extrême tendresse sur son nouveau- né. Il n’a pas de visage car il représente tous les enfants du monde ; elle n’a pas de visage car elle représente toutes les mères du monde. Dans cette image ne compte que la douceur de l’enveloppement de la main, de la tête inclinée en signe de protection et d’admiration. Certains verront dans le lange blanc emmaillotant l’enfant les prémices d’un linceul. Avec la même douceur, la Vierge s’incline vers le Christ mort, sa main posée sur son cœur. « Pieta blanche » est traitée comme un négatif, elle nous fait passer dans l’au-delà. Le Christ n’est plus de notre monde, il vient d’en rejoindre un autre. Les « Christ Bleu » sont bouleversants : puissants-fragiles, flottants-présents, souffrants-délivrés, morts prêts à ressusciter.

Les images d’Esther Ségal frappent ; frappent comme une fulgurance divine. Personne ne sort indemne d’une telle rencontre, d’une telle transformation, d’une telle révélation, d’une telle proposition de découverte de l’ailleurs.

*Pascal QUIGNARD « Les désarçonnés »

Esther Ségal – Pieta blanche
papier baryté noir et blanc
tirage jet d’encre – 60 x 90cm

Esther Ségal – Partition detail 1
tirage numérique noir- et blanc
13 x 18 cm

Esther Ségal- Vierge noire
Tirage numérique sur papier baryté noir et blanc
60 x 40 cm